Location appartement 2 pièces meublé Strasbourg

  • location 2p meublé rue de la ménagerie.immobilier Strasbourg L'Emplacement.real estate agency (4)
  • location 2p meublé rue de la ménagerie.immobilier Strasbourg L'Emplacement.real estate agency (7)
  • location 2p meublé rue de la ménagerie.immobilier Strasbourg L'Emplacement.real estate agency (2)
  • location 2p meublé rue de la ménagerie.immobilier Strasbourg L'Emplacement.real estate agency (7)

Location, Location Meublé 760€ CC - Appartement
40 m²2 Pièces 1 Pièce 1 Salle de bain Imprimer

Location appartement 2 pièces meublé.

Description:

L’appartement est situé au 4ème étage/6 avec ascenseur d’une résidence sécurisée, rue de la ménagerie à Strasbourg Neudorf .

Il comprend: 1 séjour, une cuisine équipée ( four, plaques hotte, réfrigérateur),une chambre équipée d’un grand placard, une salle de bains/wc avec lave linge.

Annexes:

une cave et un parking.

Disponibilité 1 mai 2018.

Conditions:

Loyer mensuel: 650€.

Charges mensuelles: 110€.

Caution: 1300€.

Honoraires d’agence TTC : 520€ dont état des lieux 120€.

Histoire du Neudorf

À Neudorf, les qualités paysagères tiennent autant de l’extrême diversité des lieux et des ambiances qu’à la présence de bâtiments chargés d’histoire.

Neudorf est un quartier récent dont l’essor date du milieu du XIXème siècle, lorsque les risques d’inondation sont écartés. L’urbanisation s’y développe alors à un rythme rapide, interrompu seulement par les guerres. Les éléments marquants de son organisation se mettent en place jusqu’au début du XXème siècle avec la construction des bassins du port et des différentes voies ferrées de Strasbourg à Kehl.

À L’ORIGINE, DES FERMES ET AUBERGES DISSÉMINÉES EN ZONE INONDABLE

À partir des années 1840, la régularisation et l’endiguement du Rhin, et le creusement du canal de décharge de l’Ill en amont de Strasbourg, mettent définitivement le quartier à l’abri des inondations. Le creusement du fossé Riepberg en 1524 avait déjà permis l’installation de quelques constructions dans le secteur Saint-Urbain, mais celles-ci restaient peu nombreuses. Des fermes et des auberges s’étaient également édifiées, dès le Moyen-âge, le long des routes qui traversent le territoire (route de Lyon, route de Vienne) et, depuis le XVIIIème siècle, le long de la voie reliant Strasbourg au terrain d’exercice militaire du Polygone (route du Polygone).

Un modeste hameau, le Ratzendörfel, ainsi que quelques fabriques de tuiles, de colle forte, de toiles cirées s’implantent hors de la ville, sur ces terrains bon marché.

C’est sur l’emprise du fossé Riepberg comblé que s’établit, en 1861, la première voie ferrée vers Kehl.

LES GLACIS MILITAIRES DÉLIMITENT NEUDORF PENDANT LA PÉRIODE DU REICHSLAND

Le déplacement du terminus des chalands sur le Rhin, de Mannheim à Strasbourg, impose l’amélioration de la maîtrise du fleuve, le développement des voies ferrées et des installations portuaires. On inaugure ainsi à Neudorf, en 1892, une gare et les ports du Heyritz et d’Austerlitz. Dès 1875, on démolit les fortifications de Vauban qui étouffaient Strasbourg pour en rebâtir de nouvelles ; cette enceinte est complétée vers 1900, au sud de Neudorf, par une grande boucle ferroviaire construite sur un remblai défensif flanqué de redoutes. Cette nouvelle voie ferrée vers Kehl sépare définitivement Neudorf de la Meinau et du Neuhof.

Saint UrbainEn matière d’urbanisme, en plus des servitudes militaires qui, dans certains secteurs, limitent la hauteur des bâtiments et imposent l’utilisation de matériaux précaires, la construction est réglementée par un plan général (le Bebauungsplan für Neudorf de 1896) et par un plan de zonage qui crée cinq types de paysages urbains : « constructions contiguës », « constructions ouvertes » (entourées de jardins), « périmètres industriels » (Plaine des Bouchers), « périmètres protégés » (zone de captage d’eau), « jardins ouvriers ».

En 1866, Neudorf compte 5 000 habitants, en 1910, 26 000. Cette progression résulte des efforts d’aménagement et de l’immigration d’une population généralement protestante venant d’Outre-Rhin ou d’origine rurale alsacienne.

Les arrivants, souvent très pauvres, n’ont pas laissé, à quelques exceptions près, d’immeubles très intéressants sur le plan architectural. Ils se sont installés dans de petits immeubles économiques, plus rarement, dans des maisons, individuelles ou bi-familiales, construites en petite série. Par contre, les équipements (écoles, églises, orphelinat…) sont largement dimensionnés et parfois imposants.

LE QUARTIER S’ÉTOFFE ENTRE LES DEUX GUERRES

Après 1919, coupé de la Ruhr et de la Rhénanie, le dynamisme économique de Strasbourg est amoindri. L’Alsace, devenue « marche frontière » est peu propice aux investissements. Cependant Neudorf poursuit son développement, entraîné par les installations portuaires (création du Port Autonome en 1924), par la construction de grands ensembles de logements sociaux (cité Siegfried, cité Risler), d’immeubles de rapport, le long de l’avenue Jean-Jaurès construite à l’emplacement de l’ancien Bahndamm et par la réalisation, de part et d’autre de cette avenue, de voies reliant le quartier Saint-Urbain au centre de Neudorf.

La guerre de 1939-45 met fin à cet essor. Comme dans toute la zone frontalière, la population est évacuée, une partie d’entre-elle reviendra en 1940. Le bombardement du 6 septembre 1943 cause à Neudorf la mort de près de 200 habitants et la destruction de plus de 300 bâtiments. La reconstruction, particulièrement visible le long de la route du Polygone entre la place du Marché et la voie ferrée, durera jusqu’à la fin des années 1950. Ce n’est qu’en 1954 que Neudorf retrouve sa population de 1936, voisine de 26 000 habitants.

LE QUARTIER RENFORCE SON RÔLE DANS L’AGGLOMÉRATION APRÈS 1960

Cette période est caractérisée par une densification de l’habitat et par l’amélioration des relations avec le centre ville. Neudorf passe du statut de banlieue à celui de quartier quasi-central. La réalisation du lycée Jean Monnet en 1965, du viaduc Churchill en 1967, du centre administratif de la Communauté urbaine (devenue Eurométropole au 1er janvier 2015) en 1976, du contournement sud en 1992, de la médiathèque en 1993, de la ligne A du tramway en 1994 ont largement contribué à élever le niveau des services du quartier et à renforcer sa place dans la ville.

L’expansion résidentielle prend deux formes. La première (de 1960 à 1980) est celle de l’extension territoriale sur les derniers terrains agricoles du Ziegelfeld, au sud de la rue de Ribeauvillé et de l’embranchement ferroviaire desservant le port. Cette extension a créé deux grands ensembles, le « Nouveau Neudorf » et la « Nouvelle Musau », qui sont toutefois restés à l’échelle humaine. La volonté d’instaurer une mixité résidentielle et fonctionnelle s’est trouvée concrétisée par la réalisation de copropriétés privées et de HLM (par exemple, rue de Soultz), par la présence de maisons individuelles de faible hauteur (rue de Fréland), par une petite zone artisanale (rue d’Altkirch). La seconde forme de développement est l’imbrication d’immeubles contemporains dans le tissu urbain existant, le plus souvent en rupture avec l’ordonnancement ancien (rue de Scherwiller). En 1975, Neudorf comptait 35 000 habitants, il en compte aujourd’hui environ 37 000.

NEUDORF AU CENTRE DE L’AGGLOMÉRATION

Presqu'ïle MalrauxEn 1990, la loi de 1922 qui n’autorisait la construction le long des bassins du port que de bâtiments liés à l’activité portuaire est abrogée. Les terrains concernés ont donné lieu à de nombreux projets. Aujourd’hui, la transformation du site s’est engagée avec la réalisation d’équipements d’agglomération (complexe cinématographique, Cité de la musique et de la danse, médiathèque André-Malraux, centre commercial) ; la réalisation du parc de l’Étoile, l’aménagement du Heyritz en pôle de loisirs, le réaménagement de la RN4 en boulevard… permettront de rapprocher Neudorf des bassins et du centre ville. Les transformations au sein du « Vieux Neudorf », comme le réaménagement de la route du Polygone, la création d’une halte SNCF au pont Suchard, le prolongement de la ligne C du tramway vers le Neuhof renforcent encore l’attrait du quartier.

En un siècle et demi, le Ratzendörfel, hameau sans école, s’est transformé en Neudorf, d’abord simple faubourg, aujourd’hui quartier central et attractif…

 

Consommation et émission

Property Map

Annonces Similaires